Auteur Sujet: Tyrfingr  (Lu 1965 fois)

Hors ligne Vargeisa Valkyrja

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 943
  • komin til lífs þíns
    • The Lady of the Rings
Tyrfingr
« le: 27 janvier 2012 à 16:42:41 »
Le roi de Gardariki Sigrlami parvint à capturer deux nains pour les forcer à forger une épée merveilleuse, qui ne manquerait jamais un coup, ne rouillerait pas, et trancherait la pierre aussi aisément que le tissu.
Les nains s'exécutèrent pour recouvrer leur liberté, mais d'assez mauvaise grâce puisqu'ils en profitèrent pour maudire l'épée, qui ne devrait désormais jamais quitter son fourreau sans causer mort d'homme, et il en résulterait trois grands malheurs. En outre, ils décrétèrent que Sigrlami lui-même mourrait sous cette lame.

En entendant la malédiction, le roi frappa en direction des nains rentraient chez eux dans une pierre, et l'épée suivit, tranchant la pierre sans toucher sa cible.

La malédiction fut suivie d'effet, puisque Sigrlami perdit la vie aux mains d'Arngrimr, berserkr de son état, qui vit son bouclier pourfendu par la lame maudite, et riposta en tranchant la main qui tenait Tyrfingr pour la retourner contre son porteur initial.
Une autre version de la même histoire, bien différente, nous montre Arngrimr travaillant pour Sigrlami et conquérant pour lui maints territoires. En récompense, il reçut sa fille et son épée.

Peu importe la façon dont il les obtint, le résultat est le même au final. Arngrimr et la fille de Sigrlami eurent douze fils, dont l'aîné se prénommait Angantyr. Ces douze guerriers se battirent contre le héros suédois Hjalmarr et son frère juré norvégien Örvar-Oddr, sur l'île de Samsö. Le résultat du combat fut que tous périrent à l'exception d'Örvar-Oddr. L'épée fut enterrée avec Angantyr, de toute façon Oddr préférait tirer à l'arc (comme son surnom l'indique...).

On retrouve trace de l'épée quelques années plus tard quand la fille d'Angantyr, la vierge au bouclier Hervör, suscite le fantôme de son père pour lui révéler l'emplacement de l'arme. Elle fracture le tertre et l'arrache à son cadavre. Puis elle en fait cadeau à son fils, Angantyr. Au cours d'une expédition, Heidrekr, son frère, demande à voir l'épée, Angantyr la dégaine et la lui tend. La malédiction des nains force Heidrekr à tuer son frère.

Devenu roi des Gots, Heidrekr partit en expédition dans le Sud, accompagné de huit esclaves. Mais une nuit, ils pénétrèrent dans sa tente, prirent l'épée et occirent le malheureux. L'épée fut récupérée par son fils, Angantyr (hé oui, encore un...) qui tua les criminels et mit fin à la malédiction.

L'histoire raconte encore que Angantyr avait un demi-frère, Hlöd, chez les Huns, qui réclama la moitié de son royaume en héritage. Angantyr refusa et bataille éclata entre eux. Bien que les Gots soient nettement en infériorité numérique, ils remportèrent la victoire parce que leur chef maniait Tyrfingr. Cette bataille, hautement meurtrière, passa dans la légende via un poème eddique, Hlödskvida.

Sources : La Saga d'Oddr aux Flèches, La Saga de Hervör et du roi Heidrekr, Hlödskvida.
Le silence est d'or, la parole ne vaut rien.