Auteur Sujet: Réhabilitons le bouclier !  (Lu 160 fois)

Hors ligne Joakim Hròlfrsson

  • Membre du Club
  • Ferraille du clavier
  • *
  • Messages: 40
  • si vis pacem para bellum
Réhabilitons le bouclier !
« le: 25 avril 2019 à 13:47:52 »
On voit trop peu de combats de spectacle impliquant des boucliers, à la vérité les héros d'Hollywood ont même une fâcheuse tendance à balancer ceux-ci avant de se jeter sur leurs adversaires ! Pourtant, jusqu'au moins le XIVème siècle les boucliers étaient un élément essentiel de l'armement du combattant et ils ont encore été utilisés après. Je voudrais, avec cet article, plaider pour leur réhabilitation.


Combat de Gladiateurs (Murmillon contre Thrace) par la compagnie ACTA (copyright ACTA SARL)

Une arme particulièrement utile

[/b]Difficile de dater l'apparition du bouclier, mais disons qu'on sait que c'était déjà utilisé dans l'Égypte pré-dynastique (donc au cours du 4ème millénaire avant J.C.). En Europe le bouclier a commencé à décliner au XIVème siècle avec le perfectionnement des armures puis les formations de piquiers et d'arquebusiers.


 Il avait d'abord l'immense vertu de protéger des flèches, il a ensuite l'avantage d'être une excellente arme défensive et, souvent, une arme offensive utile. Le bouclier est l'accessoire indispensable de l'hoplite grec, du légionnaire romain, du guerrier celte, germanique, viking, du chevalier des XIème au XIIIème siècle etc. À vrai dire, on se bat rarement sans bouclier à ces époques, que ce soit à la guerre ou en duel judiciaire. Un combat sans bouclier se ferait par surprise, avec les armes qu'on a sous la main comme un scramasaxe, une dague, un gourdin ou, plus rarement, une épée qu'on porte au côté... À moins qu'il ne s'agisse d'archers ne portant pas de boucliers (mais certains avaient tout de même une bocle). En occident, si l'on excepte les forces anti-émeute modernes, les derniers utilisateurs de boucliers furent les Highanders écossais au XVIIIème siècle.


Highlanders armés de targes affrontant des cavaliers anglais lors de la révolte jacobite de 1745-46
(l'un des dessins retrouvés à Penicuick, pour leur contexte voir cet article de l'association Saor Alba)


Il a existé des boucliers de toutes les tailles, du scutum romain couvrant tout le corps à la petite bocle à peine plus grosse que le poing. La tradition de la gladiature romaine jouait là-dessus et opposait généralement un gladiateur à petit bouclier à un gladiateur à grand bouclier. Il est à noter que le type de bouclier est très lié à une période donnée : on ne mélange pas bouclier viking et écu médiéval par exemple. De même, le petit écu du XVème ne côtoie pas le grand écu du XIIème ! On a en général très peu de types de boucliers à une période et une aire civilisationnelle donnée, l'Antiquité reste toutefois une exception.

Bouclier à manipule (manuscrit  wallon du Xème siècle ap. J.C) à gauche
 Bouclier à énarme (poterie grecque du Vème siècle av. J.C.) à droite
         

Il existe deux grands systèmes de fixation du bouclier. Les boucliers à manipule comportent une poignée centrale à partir de laquelle on tient le bouclier. Celui-ci est soit maintenu par la seule force du porteur le long de son bras horizontalement (boucliers vikings) ou verticalement (bouclier romain), soit perpendiculairement au bras, face à l'adversaire (c'est souvent le cas des bocles). Cette prise demande plus d'efforts au porteur mais est plus facile pour donner des coups de la tranche du bouclier. À l'inverse, les boucliers à énarme possèdent une poignée excentrée vers le bord du bouclier et une lanière qui le maintient sur le bras. Ils sont plus faciles à porter mais moins utiles pour donner des coups de bouclier.

 Nous avons peu de traités qui parlent du bouclier. Pour les boucliers à énarme nous avons quelques textes tardifs de maniement de la targe chez les auteurs italiens du XVIème siècle comme Achille Marozzo, quelques mentions de la targe écossaise chez Thomas Pageau XVIIIème siècle et pour les boucliers à manipule seule la bocle a fait l'objet denombreux traités. Pour les autres il nous faut chercher des sources secondaires, tester, manipuler. Plusieurs groupes, en France et à l'étranger, travaillent minutieusement à reconstituer des techniques plausibles sur l'écu du XIIème siècle, le bouclier viking ou le bouclier romain...

Épée et rondache (un bouclier à énarme) contre lance, illustration tirée de l'Opera Nova d'Achille Marozzo, 1536


Technique d'épée-bocle (bouclier à manipule) d'un manuscrit de l'atelier d'Albrecht Dürer (avant 1512)


Une arme pas assez spectaculaire ?

Pourtant l'arme semble fortement boudée par les régleurs de combat du cinéma et par les troupes d'escrime de spectacle. La série Vikings en est une caricature où, à plusieurs reprise, les héros abandonnent leur bouclier pour se jeter dans la mêlée alors qu'ils n'ont pas d'armure et qu'on est à une époque où c'est l'accessoire essentiel d'un guerrier. Mais pourquoi alors ?

 J'en suis réduit à faire des suppositions, n'étant pas dans la tête des régleurs de combat et des réalisateurs. D'abord aux débuts de l'escrime de cinéma on ne connaissait pas ces techniques et on n'avait pas de modèle sur lequel se baser (voir le combat d'Ivanhoé à la fin de cet article où les boucliers ne servent à rien), à vrai dire même maintenant il faut tout recréer. Ensuite le bouclier est peut-être gênant pour la caméra, cachant trop les acteurs ? Le fait de pouvoir riposter rapidement produit-il des combats trop rapides (mais alors, c'est pareil pour l'utilisation de deux armes) ? Peut-être qu'on a peur de ne pas avoir assez de variété de coups ?

 Peut-être un peu de tout ça mais j'ai l'impression que le bouclier a quelquechose de gênant pour un réalisateur : il est beaucoup plus difficile de rendre visuellement un combattant qui se jette furieusement dans la mêlée avec un bouclier, il donnera toujours une impression de prudence. C'est peut-être d'ailleurs pour cela que le personnage de Lagertha dans la série Vikings est le seul à toujours garder son bouclier, Lagertha est en effet un personnage aux colères plus froides, qui garde son calme (c'est aussi l'actrice qui est de loin la meilleure combattante et son passé martial n'y est probablement pas étranger). On trouvera probablement que se jeter furieusement dans une mêlée est le meilleur moyen pour mourir pourvu que le combattant en face garde son sang froid mais force est de constater que les réalisateurs adorent montrer ça et que les compagnies de spectacle leur emboîte généreusement le pas !

Lagertha a compris l'utilité du bouclier contre les flèches, un archer ou un lancier devraient venir facilement à bout de Rollo !

 Pourtant il y a de beaux combats à faire avec des boucliers en exploitant la vitesse qu'ils permettent, les coups de bouclier, les poussées avec celui-ci, le fait pouvoir s'abriter derrière etc. Étant un élément indispensable du combat de bien des époques c'est tout de même dommage de les éliminer systématiquement. Si l'on prend la peine de comprendre le combat au bouclier, si l'on se renseigne sur les techniques, si l'on cherche un peu on trouvera de magnifiques choses à faire avec eux.

Un superbe combat à l'épée et au bouclier par Adorea

RÉHABILITONS DONC LES BOUCLIERS !!!

Retranscription d'un article du blog Le fracas des lames : http://fracasdeslames.blogspot.com/2018/10/rehabilitons-le-bouclier.html
Où sont maintenant le cheval et le cavalier?
Où est le cor qui sonnait?
Où est le heaume et le haubert, et les cheveux brillants qui flottaient?