Auteur Sujet: Le Bossu (1959)  (Lu 26126 fois)

Hors ligne Vargeisa Valkyrja

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 943
  • komin til lífs þíns
    • The Lady of the Rings
Le Bossu (1959)
« le: 21 septembre 2012 à 08:18:04 »


Réalisateur : André Hunebelle
Acteurs : Jean Marais, Bourvil, Sabine Sesselman, François Chaumette, ...
Genre : Film de cape et d'épée
Durée : 104 minutes 
Date de sortie: 1959
Langue : Français
 
 
Résumé: Au temps des intrigues à la cour de Louis XIV, le prince de Gonzague décide de se débarrasser de son cousin, le duc de Nevers, qui a épousé en secret la fille du marquis de Caylus. Les deux ont une fille, Aurore, au sujet de laquelle ils ont également gardé le secret. A la faveur d'un concours de circonstances, Gonzague persuade Nevers de quitter Paris et embauche des crapules pour mener son projet à bien. C'était sans compter avec le chevalier de Lagardère, qui a vent de cette affaire et se range du côté de Nevers, avec qui il combat lors de l'embuscade. Mais Gonzague connaît les lieux, il prend Nevers en traître et le transperce dans le dos. Lagardère blesse Gonzague et lui jure qu'il reviendra venger son ami. Nevers, mourant, confie Aurore à Lagardère qui fuit vers l'Espagne, accompagné de son serviteur Passepoil. Malgré les nombreuses tentatives de Gonzague, qui a mis son crime sur le dos du chevalier, Lagardère parviendra à garder Aurore en sécurité pendant 16 ans. Gonzague, qui a épousé la veuve de Nevers et cherche à récupérer tout son héritage en prouvant la mort d'Aurore, réunit un conseil de famille pour faire accepter sa version des faits. Lagardère, l'ayant appris, revient à Paris avec Aurore et Passepoil, se déguise en bossu pour obtenir les bonnes grâces de Gonzague et se glisse dans les coulisses du conseil, au bal du Régent, et dans le manoir de Gonzague qui a fait enlever Aurore. Confronté par le Régent, Gonzague défie une dernière fois Lagardère, et y perd et sa cause et sa vie. Lagardère, lui, y gagne la main d'Aurore et le titre de comte.
 
Mon avis: Le grand classique du genre, toujours avec des costumes et des ambiances crédibles (encore que, le masque en latex au temps de Louis XIV...), et des beaux combats aux mouvements amples. Bourvil y tient à merveille son rôle de serviteur loyal mais pas très futé et ajoute une touche de légèreté au propos. Bon, après, on aime le style ou non, et puis quand on a vu un film de Jean Marais, on les a un peu tous vus. Le DVD bonus contient quelques chouettes sujets sur le duel à travers les âges, entre autres.
Le silence est d'or, la parole ne vaut rien.

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #1 le: 05 octobre 2012 à 12:03:30 »
Ah! Quels beaux films que ceux de capes et d'épées avec Jean Marais... Films ou sont cultiver une certaine courtoisie, un humour bien particulier, et surtout des "love-story" unique qui n'arrive que dans ces films et dans les James Bond!  :-D



Du reste, dans le Bossu,  le Comte de Nevers apparaît comme un excellent bretteur possédant une technique secrète nomée: "la botte de Nevers"!
Grosso modo, la "la botte de Nevers", ça fait pirouette cacahuète, et PAF on se retrouve avec une rapière plantée dans le frond... Pour les initier, la traduction est: une Volte et in-quartata... Bien placer, c'est redoutable, la preuve en escrime moderne et en image:
image tirée du site de la FFE
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.

Hors ligne Vargeisa Valkyrja

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 943
  • komin til lífs þíns
    • The Lady of the Rings
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #2 le: 08 octobre 2012 à 15:37:31 »
Pas au top, ton illustration, cher ami!   :laugh:
Le silence est d'or, la parole ne vaut rien.

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #3 le: 08 octobre 2012 à 23:45:10 »
c'est leur site qui plante... ... vive les webmaster Français... ...  :-\


Mais bon, si vous êtes instruits et que vous avez suivi vos cours d'escrime, vous savez ce qu'est une In-quartata...
Et pour ceux qui n'auraient rien suivi, une In-quartata, c'est ça:


C'est ce qu'y fait le monsieur de droite... c'est efficace, n'est-ce pas??
« Modifié: 08 octobre 2012 à 23:47:52 par Omega »
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.

Hors ligne Julien

  • Bretteur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 400
    • Lorsque passent les Dragons
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #4 le: 13 octobre 2012 à 18:30:41 »
J'aime bien voir des monsieur s faire de l'escrime tous nu.

Et aussi remarqué que celui qui meurt avait qu'à s'acheter unslip, il aurai pas été représenté de dos et du coup il aurai pu placer une in quartata...
Et remarquer aussi une in quartata en quittant la ligne du pied avant.

Hors ligne Vargeisa Valkyrja

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 943
  • komin til lífs þíns
    • The Lady of the Rings
Re : Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #5 le: 14 octobre 2012 à 09:30:20 »
Et remarquer aussi une in quartata en quittant la ligne du pied avant.

Mon avis diverge, ce monsieur quitte bien la ligne avec son pied arrière. L'eût-il fait du pied avant qu'il se serait dangereusement rapproché de la lame adverse.
Le silence est d'or, la parole ne vaut rien.

Hors ligne Julien

  • Bretteur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 400
    • Lorsque passent les Dragons
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #6 le: 17 octobre 2012 à 17:57:43 »
Nous testeront tous ça demain...

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #7 le: 10 novembre 2012 à 18:08:42 »
Je suis d’accord avec la Valkyrie!
Si l'homme au pagne se serait écarter avec le pied avant, la lame de son adversaire se trouvait plutôt dans son dos! Mais alors, on perd le coté intéressant de l'inquartata qui est de parer la lame adverse tout en l'attaquant!... ...
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.

Hors ligne Julien

  • Bretteur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 400
    • Lorsque passent les Dragons
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #8 le: 14 novembre 2012 à 16:33:04 »
Seul et abandonné de tous je défendrai mon opinion une rapière en main...

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #9 le: 16 novembre 2012 à 01:08:56 »
OK, on se verra le 23...
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.

Hors ligne Julien

  • Bretteur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 400
    • Lorsque passent les Dragons
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #10 le: 17 novembre 2012 à 20:06:33 »
Avec plaisir...

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #11 le: 25 novembre 2012 à 20:01:12 »
Après avoir bien étudié la proposition de Julien, le 23, et après revisualisation de l’enluminure, j'en reviens à ce que l'on disait:
"C'est le pied arrière qui à bougé!"
Sinon, pour moi, les deux pieds ne seraient pas si tourné l'un de l'autre... J'ai fait le test, si tu fais l'inquartata en déplaçant le pied avant, les deux pieds restent à 90° l'un de l'autre, alors que si tu la fais en déplaçant le pied arrière, tu as tendance à avoir une rotation du pied arrière ce qui ouvre l'angle entre les deux pieds, comme sur l'image!

Après, je sais que cet argument est faible, on a vu le 23 avec Yasmine, que chez elle il n'y a presque pas de rotation de la jambe arrière...
Mais ceci, n'arrive pas si on le fais avec la jambe avant...


J'attend d'avoir la traduction du texte qui va avec, si notre amis Julien la trouve...
Niveau source, l'image est tirée d'un manuel du XVII° de "Ridolfo Capo Ferro" maître d'escrime italien... Toutes les planches du manuscrit sont sur le site d'ARMA
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.

Hors ligne Gayal

  • Dégaine sa langue
  • *
  • Messages: 29
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #12 le: 26 novembre 2012 à 20:35:58 »
Je regardais un peu des vidéos de tout et de rien sur youtube, je suis tombé sur celle si et je me demandais si c'était justement une forme d'inquartata avec déplacement du pied avant.

http://m.youtube.com/#/watch?v=FLEvUr9hVU4

???

« Modifié: 26 novembre 2012 à 20:38:38 par Gayal »

Hors ligne Gayal

  • Dégaine sa langue
  • *
  • Messages: 29
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #13 le: 26 novembre 2012 à 20:40:29 »
si jamais je me suis planté de lien la premiere fois j'ai modifié le post j'espère que c'est le bon cette fois.

Hors ligne Omega

  • Administrateur
  • Chante-lame
  • *
  • Messages: 584
Re : Le Bossu (1959)
« Réponse #14 le: 26 novembre 2012 à 23:31:53 »
En effet, le début du film traite de cette parade qui semble être une inquartata, mais en avançant le pied avant!
Et l'on peut remarquer, justement, que les pieds restent à ce fameux angle de 90°... Du reste, comme me le faisait remarquer la Valkyrie, quand on déplace le pied avant, le buste reste droit, alors que si l'on déplace le pied arrière, on obtient une torsion saugrenue du buste, avec les épaules qui partent en arrière...

D'où, je pense que l'enluminure représente une inquartata dans sa forme "classique", c'est à dire avec le pied arrière qui quitte la ligne!  :langue:


Ceci dit, merci pour cette vidéo forte à propos, et j'attends toujours la traduction de la part de notre amis Julien!
« Modifié: 26 novembre 2012 à 23:33:37 par Omega »
Et quand Il ouvrit le troisième sceau, j'ai entendu la bête dire : "Viens et Regarde".
Et j'ai vu un cavalier sur un cheval noir.
Et il tenait entre ses mains une paire de balances.